Auteur Sujet: Journal de Son minet  (Lu 1158 fois)

0 Membres et 13 Invités sur ce sujet

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Journal de Son minet
« le: octobre 21, 2019, 06:48:06 pm »
Bonjour.
Je commence ici le journal de ma relation avec Princesse. J'essaierai de le tenir à jour assez régulièrement. J'aimerais qu'il apporte matière à réflexion aux pratiquants de la CMC, encouragements aux novices (oui, c'est possible de vivre une forme de gynarchie IRL), et pourquoi pas excitation aux fantasmeurs  ;)
Je serai vraiment heureux d'avoir vos commentaires et de partager nos expériences. Et puis c'est motivant de constater qu'on a été entendu.
Enjoy !

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Re : Journal de Son minet
« Réponse #1 le: octobre 21, 2019, 06:50:00 pm »
1
Vendredi 11 octobre. Il est midi. Je consulte compulsivement mon téléphone. Toujours rien, pas de message de Princesse. Princesse, c’est sous ce nom que ma divine Maîtresse me laisse m’adresser à Elle. Pour ceux qui voudraient en savoir plus, qu’ils consultent ma fiche de présentation. Bref, silence radio depuis…
Lundi dernier, après m’avoir fait jouir en Elle et aussitôt remis la cage, Princesse m’a averti. Cette semaine, Elle ne serait pas disponible du tout. Rien à attendre d’Elle avant vendredi. D’ici là, je « pouvais », comme d’habitude, Lui envoyer deux messages par jour.
Avouons-le, les premiers jours ont été faciles à supporter : J’avais eu un orgasme, ce qui ne m’était plus arrivé depuis un moment. Je n’étais donc pas fâché, finalement, de pouvoir passer plus de cinq minutes sans penser à ma bite, à mon désir de toucher, de caresser, de lécher ou sucer, sans rêver de La mettre ou de me faire mettre…  J’ai même laissé passer vingt quatre heures sans donner de nouvelles !
Puis, le désir est revenu, lancinant. Et mercredi, Princesse m’a écrit, piquée de ne pas avoir reçu de textos. Mes messages ont repris, encore plus longs, encore plus passionnés, encore plus extravagants. Et sans réponse, évidemment. Une seule certitude, Princesse avait écrit qu’Elle me communiquerait Ses instructions vendredi après-midi, que je devais me tenir prêt.

17h. Je sors du taf. Aucune nouvelle. Je suis fébrile.

17h48. Mon téléphone bippe. Une phrase : « Les instructions arriveront vers 19h ».
Je suis sur les charbons ardents. Princesse fait durer ma frustration. Étrange sensation de jouir de renoncer à sa colère. Je ne sais ni quand, ni où, ni comment. J’hésite entre briquer mon appartement au cas où Elle décide d’investir Sa « résidence secondaire », et m’administrer un lavement au cas où Elle décide d’investir ma garçonnière. Va-t-Elle me demander d’apporter des accessoires pour me ligoter, ainsi qu’Elle aime le faire ? Puis-je me harnacher de cuir pour la séduire ?

19h15. « On se voit dans une heure. La suite dans un prochain SMS
- Sadique !
- Ferme ta gueule ! ».

20h06 : « 20h30 chez moi. Tu peux apporter du matos chez moi. »

20h32.
J’arrive chez Princesse. Je suis à la bourre et essoufflé, mais propre de partout. Pas de parfum évidemment, Elle ne supporte pas ces fragrances artificielles qui masquent l’enivrante odeur des corps.
Princesse est assise sur le canapé, assez glaciale. D’un geste du doigt, Elle me désigne ma place, à terre évidemment. Apparemment, il y a un problème avec nos téléphones : plusieurs de mes longs messages ne lui sont pas parvenus. Dont celui, donc, que je lui ai adressé la veille. Je lui confie mon appareil pour qu’Elle puisse en prendre connaissance, et constater que, non, je n’ai pas failli à ma mission. L’atmosphère se détend, on papote. Un peu plus tard, Princesse me dira :
« Tu sais, tout à l’heure, j’étais vraiment décidée à te latter la gueule
- Et maintenant, Princesse ?
- Non, ça m’est passé un quart d’heure après ton arrivée ».
Dommage ?
La soirée se passe, mais, fatigue de fin de semaine oblige, Elle ne va pas faire long feu...
« Montre-moi ». Elle désigne mon sac. Je déballe le « matos » : menottes, harnais, baillon-boule, chaînes, sangles, pinces. Et « Ivan », un beau et long gode realistic que j’apprécie particulièrement. Sa texture est si convaincante que je me surprends parfois à le lécher longuement et à me le passer amoureusement sur le visage. Princesse l’aime moins : Elle préfère quand c’est pour de vrai, c’est plus chaud… Fin du fantasme, donc, et retour au réel : Maîtresse examine les différents objets déballés sur le canapé. Elle tâte, manipule, fait mine d’hésiter, avec cette gourmandise qui la rend irrésistible. Puis se décide : une paire de menottes à scratch. C’est tout. Elle m’entraîne dans sa chambre.
« Déshabille-toi et enfile ça ».
« Couche-toi ».
« D’où t’as cru que tu pouvais te coucher sur mon lit ?! Au pied, l’esclave ! »
Je m’exécute. Princesse sort du tiroir cette longue corde noire que je lui ai offerte à sa demande et qu’Elle n’avait pas encore eu le loisir d’essayer. Elle prend son temps et me ligote longuement les bras derrière le dos. Elle parachève son œuvre en passant la corde autour de mon cou pour maintenir le tout. Je ne suis pas rassuré : et si ça glisse pendant la nuit. Et si je m’étrangle. Elle aurait l’air maligne de trouver un cadavre au pied de son lit le matin au réveil ! Et père de deux enfants, en plus ! Princesse n’en a cure. « Tu veux utiliser le mot stop ? » Vaincu, je baisse la tête en silence. Elle me fait allonger, nu comme un vers encagé et ligoté, sur une couverture qu’Elle a étalée au pied du lit, et se prépare à aller au dodo.
« Princesse, je vais crever de froid »
« Et alors ? Où est le problème ? »
Magnanime, Elle me recouvre d’un mince châle de coton, et se couche. Bonne nuit Souminet. Bonne nuit Princesse.
La nuit sera longue. Très longue. Je m’efforce de ne pas bouger un orteil pour ne pas gêner son endormissement. Puis je tente de trouver une position, disons, la moins inconfortable. Mais impossible de m’endormir. Je me lève pour aller soulager ma vessie gonflée. Pas facile quand on a les bras dans le dos, complètement immobilisés. Je rampe, je me contorsionne, je bascule, pathétique. Pas facile non plus de pisser quand la cage comprime une érection permanente. Pas facile enfin de se recoucher et surtout, de réinstaller sur ma peau frigorifiée mon drap de fortune. Essayez donc, pour voir, de recouvrir l’intégralité de votre corps avec une pièce de tissu glissante de moins d’un mètre cinquante en ne vous servant que de vos dents. Et sans pouvoir vous allonger sur le dos, bien sûr.
Le reste de la nuit sera une lente descente aux enfers. A l’inconfort de la position s’ajoute un froid de plus en plus pénétrant. Je grelotte. Pendant ce temps, les pieds de princesse reposent au bout du lit, inaccessibles, à quelques centimètres. A la fin, n’y tenant plus, je triche : à force de contorsions, je parviens à me glisser sous la couverture qui me servait jusqu’alors de matelas. J’ai peut-être finalement réussi à glaner une heure ou deux d’un sommeil intermittent. Je suis dans un état second.
De la fin de la nuit, je ne garde qu’un souvenir partiel, le cocktail du désir et de la souffrance ayant agi comme une drogue. Je crois qu’au matin, quand Elle a commencé à donner des signes de réveil, je me suis permis d’embrasser ses pieds. J’ai tenté de les lécher. « Non, tu vas me mouiller, embrasse-moi seulement ». Puis Princesse m’a attrapé la tête, attiré sous la couette, placé à ses côtés. Je me suis recroquevillé contre Elle, éperdu de reconnaissance, au comble du bonheur et de la jouissance. Je m’endors, enfin.
Plus tard, bien plus tard, nous prenons le petit déjeuner. J’ai droit à un café je crois. A ses pieds, comme d’habitude, ou assis en face d’Elle sur une chaise, inespéré privilège qui me frustre autant qu’il m’est agréable ? Je ne sais. Puis Elle me congédie, en mode vanille. On se croisera peut-être dans la journée, pourquoi pas, ça me fera plaisir. Mais non, ce soir, je n’ai pas besoin de toi, on se verra demain après-midi, compris mon Souminet ?

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Re : Journal de Son minet
« Réponse #2 le: octobre 22, 2019, 04:04:15 pm »
2
Dimanche 13 octobre, 8h36 : « Prépare du café, j’arrive ».
Oups. Le temps que je passe à m’occuper de mon appartement étant inversement proportionnel à celui que je consacre au ménage de Princesse, il va falloir que je speede vraiment pour rendre mon intérieur à peu près présentable. Et puis il y a tous ces « jouets » sur ma table de nuit, avec lesquels j’ai tenté d’apaiser, ou de prolonger, la frustration de cette nuit de solitude. Sans compter celui qui dépasse encore de mon fondement… Un nettoyage s’impose, d’urgence ! Fébrilement, je me lève et m’empresse pour accueillir Princesse, cours du four au moulin, renversant au passage le café. Un quart d’heure plus tard, j’ai paré au plus pressé, l’attente commence alors.
Evidemment, Princesse est arrivée plus d’une demi heure après, tout sourire. Je lui sers son petit déjeuner, je m’assieds aux pieds, Elle déguste son café en me caressant distraitement les cheveux. Je ronronne, aux anges, en bon minet. Puis Princesse me plante là, me convoquant chez Elle pour l’après-midi : « Je crois que je vais avoir besoin d’une bonne sieste. Je serai dispo vers 14h. Enfin je crois. Je te contacterai par Texto. »

14h. Toujours pas de nouvelles. J’espère qu’Elle n’a pas changé d’avis, je suis prêt et impatient.
14h11 : « T’arrive ? Je t’attends depuis 11 minutes !!!! »
J’accoure, comme toujours. Princesse s’installe dans son lit, me fait m’allonger à ses pieds, avec défense de la toucher. Mais je dois la réveiller en lui embrassant les pieds dans une heure.

Finalement, le réveil a un peu dégénéré, pour notre grand bonheur à tous deux. J’ai même eu droit à un long cuni qui l’a laissée satisfaite. A bout de souffle, je récupère. Princesse se relève et, avant de quitter le lit, Elle pose un pied sur ma hanche, puis l’autre sur mes côtes, et se redresse, s’amusant à tenir l’équilibre en étirant ses bras. Je mesure le privilège qui m’est accordé. Dernièrement, Elle m’expliquait que la domination, c’était avant tout une question de confort. De son confort : m’utiliser comme marchepied ou comme tabouret, c’est confortable. Me marcher dessus, beaucoup moins. Mais là, manifestement, Elle en profite autant que moi.

Hélas, les meilleures choses ayant une fin, il est temps pour moi de m’habiller, et de passer à l’étendage du linge, avant d’être rapidement congédié. On a quand même pris le temps d’évoquer nos projets pour les vacances. Princesse accepte de partir avec moi quelques jours, chic !
 
3
Lundi 14 octobre, 16h.
Je rentre du travail et reçois un texto :
“Il y a tant à faire chez moi ! Viens ! A 17h, j’ai une réunion au travail.
- Maintenant, Princesse ?
- Oui !”

Un quart d’heure plus tard. Je sonne à l’interphone. La porte s’ouvre. En haut, j’entre. Princesse est à son bureau. Je me couche à ses pieds, sous le bureau.
Un pied posé sur mon visage, Elle écrit, passe des coups de fil…
Puis Elle se relève. Nous sortons fumer une clope sur le balcon, en discutant tranquillement, Elle assise sur une chaise, moi vautré sur le sol.
 Nous rentrons. Princesse se prépare à partir et me donne ses consignes : “tu nettoieras les chiottes et la salle de bain. Puis, tu as vu, il y a le linge que tu as étendu hier. Tu le repasses et tu le plies. Et puis tu le ranges aussi. Et tu n’oublies pas le tas sur la chaise, à côté.”
Elle sourit, mais le ton est sans équivoque : Elle n’a aucun doute sur mon obéissance. Elle ajoute : “Et après, tu prépares le repas. Je rentre dans deux heures, tu as intérêt à te dépêcher.”
Je me hérisse et, pour la première fois, je dis non. Je ne suis pas doué pour faire à manger, je ne suis pas chez moi, je ne sais pas ce qu’il y a comme ingrédients. Et puis j’ai pas envie de réfléchir, de décider ; c’est précisément un des intérêts de la soumission. Je répète : “Non”. Si Elle n’est pas contente, je peux aussi rentrer chez moi.
Elle rigole, fait semblant de s’offusquer de cette insolence inattendue.
Puis, d’un air faussement désolé : “Tu sais qu’après ce soir, je ne serai plus disponible avant la fin de la semaine ?
- et après tu auras les enfants ? Donc pas avant la fin de la semaine prochaine…
- Tout juste. Dommage ! Je m’étais dit que, peut-être, ce soir, on aurait pu passer un moment ensemble…
- Et je pourrais même te lécher la chatte ?
- Mmmmm, pourquoi pas ? Mais seulement si tu as bien travaillé.”
Je me tais, baisse la tête. Et je pars chercher de quoi briquer les sanitaires.

19h. Princesse est de retour. La bouffe mijote, je suis en train de terminer mon repassage. Elle me parle, se sert une bière, m’en propose une que je dégusterai une fois mon travail terminé.
Puis nous passons à table.
Enfin... Princesse passe à table. Moi, une fois le service fait, j’ai droit à une “écuelle” assis par terre à la place qu’Elle m’a désignée de l’index. A part ça, on converse comme n’importe quel couple, Elle me raconte sa journée. Cette position est devenue pour nous une habitude.

Après le repas, et la cuisine rangée, je la rejoins au salon. Nous bavardons, Elle sur le canapé, moi à ses pieds. Enfin, plus exactement sous ses pieds. Elle me dit que, finalement, Elle n’a pas, mais alors pas du tout, envie qu’on touche à sa chatte ce soir. Je lui propose alors de la masser. Elle ne répond pas. En revanche, on discute de la date de ma prochaine “libération”. Elle prend une décision : dans deux semaines, dimanche, si je lui en fais la demande, Elle acceptera de me retirer la cage de chasteté quelques instants pour que je me masturbe. Sauf si Elle change d’avis. Mais attention, je n’aurai pas le droit de jouir. Et même tarif toutes les deux semaines à compter de ce jour, si Elle est disponible.
Quant à l’orgasme, il ne faut pas trop y compter : Elle me réserve pour quand Elle veut que je jouisse en Elle, en même temps qu’Elle, et c’est loin d’être souvent le cas.
Ceci posé, Elle m’ordonne de me déshabiller et de l’attendre dans sa chambre.
 
Après avoir fait un peu de rangement, je reste prosterné au pied du lit, comme d’habitude, vêtu de cette seule cage, que je porte déjà depuis deux semaines.
Elle revient de la salle de bain, colle ses docks sous mon nez, pour que je la déchausse. Elle se déshabille, se couche, laissant dépasser ses pieds. Puis Elle m’ordonne de les lui masser.
Pendant que j’opère, Elle envoie des messages sur son téléphone. Au passage, Elle m’annonce que j’ai fait des progrès. “Ah putain, qu’est-ce que c’est bon !”
Je commence à avoir bien mal aux pouces quand j’entends : “tu peux m’embrasser les pieds”. Je ne me le fais pas répéter et, tout en continuant mon massage, j’embrasse son autre pied. Je commence précautionneusement, par le bout des orteils, le sommet, puis peu à peu je me déchaîne, léchant toute l’étendue de la plante, suçant les doigts, insinuant ma langue partout, m’évertuant à avaler toute la largeur de son pied. Elle apprécie manifestement.

Puis, quand Elle en a eu son saoul, Elle me dit : “Rentre chez toi maintenant. En récompense, tu peux m’embrasser le bout du sein.”
Je m’exécute avec un peu trop d’ardeur. Elle me repousse gentiment. “Allez va ! Et vérifie que toutes les lumières sont éteintes en partant”.
Bonne nuit Princesse.

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Journal de Son minet 4 - 6
« Réponse #3 le: octobre 26, 2019, 07:54:45 pm »
4
Vendredi 18 octobre, 21h59.
La gredine !

Tout avait pourtant bien commencé. Princesse n’était pas disponible cette semaine, mais Elle m'avait quand même laissé le privilège de passer lui apporter un croissant jeudi matin sur le chemin du boulot. Quinze minutes aux pieds de Princesse, je me sentais comblé. Et le soir, j'avais pu passer un court moment chez Elle pour lui annoncer mon inscription sur le forum. Elle avait apprécié, amusée à la perspective d’y relire ses propres aventures. On s'était quitté presque câlins…

Mais aujourd’hui, aucune réponse à mon message quotidien, à ma proposition de passer une heure ensemble ce week end. Et là, je reçois ça :

« Bonnes vacances mon souminet 😈 ! Dire que tu vas avoir plein de temps pour penser à ta bite sans pouvoir la toucher ! 😂 😜 Je t’embrasse. A bientôt sous mes 🥾. »

Incrédule devant la tournure que prend notre relation (et surtout devant l’excitation qu’elle exprime à l’idée de me frustrer), je lui demande de confirmer qu’elle compte bien rester aux abonnés absents ces huit prochains jours. La réponse fuse, et en remet une couche : «  Tu as bien compris 😈. Ne m’envoie plus de messages sauf en cas d’⛑. Reprise : mercredi pour les messages. Sauf contre-ordre. »
 
Je ne suis donc pas certain de la revoir avant une semaine entière, je n'aurai nulle nouvelle, pas même le droit de l'honorer à distance, j'ignorerai tout de sa vie. je resterai seul dans ma cage avec ma frustration ! Je suis comme un chien au bout d'une laisse, mais que sa maîtresse aurait attaché à un réverbère devant un immense centre commercial...
Dur dur.
Et en plus, ça l'amuse ! Et du coup, ça m'excite.


5
21/10/2019.
Je vais passer un moment avec Princesse ! Par un concours de circonstances. Une connaissance commune a proposé qu’on se voie. Et a fait la même proposition à Princesse, ignorant nos « dispositions ». Du coup, Elles débarquent toutes les deux cet après-midi. Et Princesse m’a contacté pour me le confirmer.
J’espère que je pourrai quand même faire un peu mon Souminet…

Le soir. Agréable après-midi. J’ai pu me rendre un peu utile, sous la forme d’une galanterie un brin exagérée. Mais qu’il est frustrant de devoir rester assis sur un canapé en face de Princesse. Ma place est à Ses pieds, définitivement. Je ne sais pas si Elle a ressenti la même chose. Je l’espère sans y croire. Un peu plus tard, j’ai reçu un message d’Elle :) . Elle est contente de m’avoir vu. Et Elle m’autorise à Lui envoyer deux messages par jour à partir de « ce soir, minuit ». Cela vaut injonction, je l’ai bien compris.
En revanche, « quant à la servir, il faudra attendre encore... » Ben tiens, le contraire m’eût étonné. Comme dit La Fontaine, Patience et longueur de temps font plus que force et que rage. Évidemment, le rat, c’est moi, et Elle, la lionne. Mais dans notre fable, c’est moi qui suis pris au filet !

6
25/10/2019.
Ce soir, j’ai revu Princesse. Enfin.
Le reste de la semaine a passé comme dans un rêve, qui s’est lentement transformé en cauchemar. Impossible de faire des nuits correctes. J’ai continué de lui envoyer mes deux déclarations d’amour quotidiennes, auxquelles elle a continué à ne pas répondre, ou de manière délicieusement (pour elle) sèche et laconique.

Et mercredi soir, c’est le drame : dans un message qui débutait pourtant bien, Princesse me reproche d’avoir posté une capture d’écran d’un de ses messages. Je la retire aussitôt, me confonds en excuses, mais apparemment le mal est fait. Au bout de quelques échanges, j'ai cru que la conversation était terminée. Manque de bol, un quart d'heure après, elle me renvoie un message, que je n'ai pas eu tout de suite. J'ai donc mis une petite demi heure à lui répondre. Est-ce là ce qui l'a rendue furax ? Aucune idée. Toujours est-il qu'elle a clôturé ce nouvel échange par un "crève et moisi tout seul, tu m'a saoulée". Et elle n'est pas sure d'avoir toujours envie de me voir samedi...
Le ton se durcit, et rapidement. Dire qu'il y a quelques mois, c'est moi qui lui conseillais de laisser sortir Sa colère ! Mais bon, on le savait en remettant les clés à nos KH, qu'elles apprenaient vite, et qu'on finirait par le regretter. Et en plus, c'est ce qu'on cherche. On est quand même un peu masos, non ?
Pourtant, en lisant son dernier message, j'ai ressenti de l'incompréhension, et même un certain sentiment d'injustice. Pourquoi m’en veut-elle ? Es-ce pour avoir publié une « photo » de son message, donc divulgué son intimité ? Si c’est le cas, c’est grave. Ce pourrait même être une cause de rupture. Ni elle ni moi ne plaisantons avec les notions de vie privée et de consentement. Je n’avais pas perçu sur le moment que j’outrepassais une limite : elle m’avait explicitement autorisé à publier ce journal, qu’elle lit sur le forum avec plaisir, et à y insérer des extraits de nos échanges. Mais pas sous forme d’images, si je comprends bien. En même temps, ce reproche était formulé dans un message par ailleurs plutôt bienveillant. Alors, que s’est il passé ? Sont-ce mes explications qui l’ont fait fulminer ?
Ou alors est-ce le temps mis à répondre à son dernier message, alors même qu’elle avait interrompu la conversation et que je lui avais souhaité bonne nuit ? Dans ce cas, sa réaction est totalement injuste. Mais je ne suis qu'un homme. L'amour est une religion, et en religion, on sait bien que la Justice est divine. Donc je m'incline, et me prosterne aux pieds de ma Divinité. En priant pour qu'Elle m'accorde sa Grâce.
 
Je resterai torturé par ces question jusqu’à la fin de la semaine. Le lendemain matin, elle m’autorise à lui apporter des croissants. Une fois au pied de l’immeuble, elle me commande par texto de monter, et de la prévenir quand je serai devant sa porte. Et là, un message : « pose le paquet et rentre chez toi ». Point. Quand même ! J’ai redescendu l’escalier la queue entre les jambes, très à l’étroit…

A partir de cet instant, plus aucune nouvelle. Mes deux messages quotidiens resteront sans réponse, me laissant à mes angoisses. Et vendredi après-midi, n’y tenant plus, j’ai sollicité fermement un échange avec elle. Et j’ai explosé en plein vol, littéralement.
Princesse a été magnanime. Elle a écouté ma souffrance. Elle m’a rassuré. Et elle m’a donné rendez-vous chez moi le soir même. Je devais l’attendre à partir de minuit, nu, au pied de mon lit. Au préalable, j’aurais fait le ménage et changé les draps, et sorti tout ce qui pouvait servir de lien. Et je serais puni.

Princesse est arrivée, a plaqué l’une de ses chaussures contre mon visage, « Allez, enlève-moi ça. Eh bien ? La chaussette aussi ! Embrasse-moi. Ça suffit. L’autre maintenant ». Puis elle m’a trituré les cheveux et la nuque, comme elle aime le faire, comme on flatte son chien.
Finalement, je n’ai pas été puni. Comme à chaque fois, en me voyant en face d’elle, la colère accumulée a fait place au plaisir de retrouver son Souminet. Des promesses ! Toujours des promesses ! Mais j’avoue que j’ai été plus soulagé que déçu, tant je redoutais le déchaînement de sa colère. Elle m’a raconté plus tard qu’à l’origine, elle avait prévu de me « fouetter les couilles » pour « me faire vraiment mal »…
Au lieu de cela, on a parlé, sérieusement et tendrement. Je l’ai servie, un peu, maintenu par une chaîne passée à mon collier de chien qu’elle dirigeait tantôt de la main, tantôt du pied.
Elle est même restée dormir à la maison. Et, faveur devenue rare, j’ai pu rester blotti contre sa peau. C’était doux, c’était chaud, c’était le paradis.
Au mitan de la nuit, mes caresses l’ont réveillée et, ô surprise, au lieu de me repousser d’un coup de pied, comme d’habitude, elle a laissé mes lèvres descendre au long de son flanc, longer le bas du dos, se glisser entre ses fesses. Ma langue a titillé les bords de son anus, puis s’y est immiscée pour un long et délicieux baiser, tandis que mes doigts excitaient son clito et son vagin.
Tout ça s’est terminé par un cuni retentissant (pour elle), et par une nuit d’un sommeil réparateur (pour moi). A ses pieds, Evidemment…

encager 2019

  • Invité
Re : Journal de Son minet
« Réponse #4 le: octobre 27, 2019, 06:44:49 am »
en somme ton histoire fini bien  ;)

content pour toi  :P

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Journal de Son minet 7 - 8
« Réponse #5 le: novembre 02, 2019, 09:18:19 pm »
7
27/10/2019

Samedi matin, nous avons fait l’amour avec Princesse. Sans cage, tendrement. Et lorsque je l’ai pénétrée, j’ai joui rapidement, intensément, les spasmes de mon sexe caressé, comprimé par son vagin, irradiant tout mon corps. j’ai joui, presque aussitôt, avant elle, sans m’en préoccuper, laissant son plaisir inassouvi. Elle ne m’en a pas voulu, et je n’ai pas culpabilisé : ce matin-là, c’était mon plaisir qui était au centre de nos ébats, et il fut flamboyant.
Mais quand même, cette vélocité m’a un peu déstabilisé : deviendrais-je précoce ? Serais-je atteint d’un des effets secondaires possibles ou fantasmés de la chasteté ? Bah, on verra bien. Au pire, ça contribuera à me déviriliser, à me rendre impuissant, peut-être en viendra-t-elle à me délaisser, à se tourner vers d’autres plaisirs et d’autres partenaires, jusqu’à me faire regretter le chemin parcouru. Mais ça fait partie de la démarche, de ma recherche masochiste, non ?
Bon, après ça, toilette, et remise en cage.

Au reste, l’ensemble du week end a été assez coquin. Princesse avait ses règles. Ce qui ouvre une multitude de possibilités pour qui a un peu d’imagination. Ça mériterait un sujet à part entière sur le forum.
Et quel délice ensuite de passer une heure à la salle de bain à détacher les draps à l’eau froide et au savon ;) ...

Mais bon, coquinerie rimant avec conneries, j’ai un peu joué la provoque avec Princesse, sur le mode « punis-moi si tu peux ». La sanction ne s’est pas faite attendre. Ou plutôt si. Elle a attendu dimanche soir, un moment dont tout érotisme était a priori absent. Je ne résiste pas au plaisir de vous transcrire, avec son autorisation, le bref compte-rendu qu’elle m’en a fait :

« Ce soir-là, je t'ai attaché les mains, mis à genoux par terre et plié sur le lit pour faire ressortir tes fesses, j'avais envie de te fouetter mais toi, pas du tout. Tu disais que mon martinet ne faisait pas mal et gnagnagna... Je voulais vérifier. Les coups sont partis sur les fesses, le derrière des cuisses et une fois sur l'arrière des couilles. J'ai été très satisfaite de ta réaction.... »

Tu m’étonnes : Elle a vraiment appuyé ses quelques coups. Dès le second, je me tortillais pour essayer de lui échapper. Et quand les lanières de cuir (c’est un instrument d’assez bonne qualité, finalement) ont cinglé mes valseuses, je me suis effondré. Elle m’a fait remettre en position, tremblant en silence (ben oui, elle m’avait aussi ordonné de cesse de geindre et de supplier). Je redoutais le pire. Puis, finalement, elle a déposé l’objet, et m’a libéré avec un grand sourire.
Conclusion : autant dans un contexte sexuel, la douleur peut me procurer du plaisir, autant, cueilli à froid comme je l’ai été, je me suis révélé en fin de compte très douillet. Si elle cherchait à me dissuader de continuer à l’assommer avec mes demandes d’être puni, c’est réussi ! Ça apprendra à Souminet à souminer…

8
2/11/2019
Je reprend le journal après une semaine d’interruption. Cette semaine, nous l’avons vécue dans un mode plutôt vanille, davantage sur la complicité que sur la soumission, plus « love » que « beat », mon sexe encagé me rappelant cependant ma condition. Nous sommes partis en voyage quelques jours, nous avons ri, nous avons parlé, nous avons passé pas mal de temps sur un autre Forum, où Princesse s’est plu à intervenir, amusée parfois, souvent touchée par cette sorte de Fraternité des encagés. Elle s’est même décidée à poster une photo de nous pour dissiper d’éventuels doutes sur sa réalité. Et là encore, elle a pris les choses en main, m’imposant de nombreux essais et clichés, quand j’aurais préféré faire ça « vite fait bien fait » pour retourner à la sieste. Je redoutais un peu sa réaction à la lecture des commentaires louangeurs sur sa poitrine : elle n’est (a priori) pas du tout « exhib », et goûte en général peu d’être réduite à ses attributs féminins. Mais non, je crois qu’elle a été plus amusée qu’offusquée.

Je suis pour ma part satisfait qu’elle ait pris l’initiative de cette démarche. Sur les forums, de nombreux témoignages peuvent apparaître comme relevant du domaine de la science-fiction à tous ceux qui ne sont pas adeptes de la chasteté ou de la D/s, y compris ceux qui y aspirent mais ne sont pas encore entrés dans la spirale. Je crois l’avoir déjà dit, mon propre récit me serait apparu comme totalement invraisemblable si je l’avais lu ne serait-ce qu’il y a deux mois (alors même que nous avons expérimenté la cage de chasteté il y a plus de deux ans).
En soi, lire des textes potentiellement mythomanes ne me gêne pas tant que ça : l’incertitude ajoute encore à l’excitation qu’on peut en retirer, et puis les romans, tout autant que les autobiographies, peuvent être inspirants et éclairants, sur le plan pratique comme sur le plan de la compréhension de ce que nous éprouvons. Mais quand même, certaines pratiques sont si éloignées de ce qui constitue la normalité de l’expérience amoureuse, que s’en inspirer peut mener assez loin. D’où une exigence de sincérité bien compréhensible. Et puis je crois que nous formons une sorte de petite communauté, que des liens de confiance se nouent en quelque sorte. Mentir, n’est-ce pas trahir ?
Bref, j’espère que ces photos ont rassuré ceux qui auraient pu se sentir mal à l’aise. Ceci dit, un graphiste talentueux peut parfaitement produire des fakes indétectables. Un écrivain doté d’une imagination débordante et surtout rigoureuse peut construire un récit cohérent. Je ne suis ni l’un ni l’autre, hélas, mais cela c’est moi qui le dis. Et puis, après tout, ces photos prouvent seulement que la personne qui écrit ses lignes a à sa disposition une bite qui accepte d’être encagée, une paire de seins qui accepte de poser en photo à côté de cette bite, et que les possesseurs de ces deux organes connaissent l’existence du site et mon nom d’utilisateur. Nous avons fait ce qui nous était possible pour offrir la maigre garantie d’authenticité qu’il nous semblait devoir à nos interlocuteurs, c’est tout.

Mais retournons à nos moutons. Nous avons refait l’amour. Là encore, mon plaisir est monté très rapidement, mais j’ai quand même réussi, à la demande de Princesse, à retenir mon éjaculation jusqu’à son orgasme. Grâce en soit rendue au Slow Sex, et surtout à l’hyper-sensualité de Princesse.
Jeudi matin, à ma demande, Elle m’a retiré la cage. Je suis un peu malade (rien à voir avec Titi qui, lui, se porte bien). J’avais besoin, du coup, de me « retrouver », de me blottir, de reprendre le plein contact avec mon corps en liberté. Et ça fait du bien. Depuis, je suis sans cage, et nous avons retrouvé nos prénoms « vanille ». Princesse est rentrée chez elle, moi chez moi, comme prévu. Je vis bien cette pause, je me suis même un peu branlé. Je crois qu’elle aussi. Et puis j’ai reçu ce message : « Réencagement au plus tard le 9. Ou avant si je change d’avis ». On ne se refait pas ;) !

Hors ligne enjauladito

  • Expert
  • *****
  • Messages: 121
  • Popularité : +22/-12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: en couple
  • Type de cage: Bon4 metal small
Re : Journal de Son minet
« Réponse #6 le: novembre 03, 2019, 11:29:51 pm »
Merci de ce journal abondant et détaillé qu’on a plaisir à suivre ! Je suis impressionné des compétences de ta Princesse, tu as trouvé une monarque à la hauteur de tes fantasmes, sachant se montrer canaille à souhait mais tout à la fois affectueuse. Savourez votre bonheur pimenté !
Enjauladito
« El pájaro enjaulado encontra su libertad en la mirada de su Reina »

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Re : Re : Journal de Son minet
« Réponse #7 le: novembre 04, 2019, 12:47:23 am »
Merci enjauladito. Je suis flatté, et heureux de voir la majesté de Princesse saluée. J'apprécie beaucoup ton retour, ils ne sont pas si fréquents ici.
A bientôt

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Journal de Son minet : IMPORTANT
« Réponse #8 le: novembre 04, 2019, 12:49:22 am »
Bonjour.
J'ai reçu un message important par MP. A ma demande, et avec l'autorisation de son auteur, je vous le retranscris ici :

"Je lis ton dernier post.
Attention !  Ne laisse pas Madame te donner des coups de martinet, de cravache, de fouet ou autre sur les testicules.
C'est très dangereux.
Il y a 20 ans, lors d'une soirée assez "animée", étant attaché bras et jambes en croix, j'ai reçu un coup (involontaire) d'une dénommée Muriel (belle Mosellane ou yeux verts) sur mon testicule droit.
Douleur épouvantable, je manque de tomber dans les pommes.
Le lendemain, hémorragie interne avec un "bleu" qui a coloré en brun-bleu foncé le bas de la hanche et toute la cuisse droite.
Et depuis, un kyste (aqueux, donc non cancéreux), qui a fait doubler l'organe de volume, qui n'a jamais disparu, et qui reste sous surveillance."

A prendre en compte !

En ligne m.Jojo

  • Couple
  • Expert
  • *****
  • Messages: 657
  • Popularité : +849/-64
  • Sexe: Homme
  • Reculer pour mieux sauter
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: marié
Re : Journal de Son minet
« Réponse #9 le: novembre 04, 2019, 01:17:00 am »
Il y a une expression en anglais qui dit "shit happens", en français certains traduisent pas "c'est la vie" mais selon moi ce n'est pas tout à fait exact. Aussi, j'ajouterais que l'expression "l'exception n'est pas la règle" s'applique ici mais ..... C'est très sage de prévenir les autres.
"shit happens" = https://en.wikipedia.org/wiki/Shit_happens

Hors ligne Lady Val

  • Femme KH
  • Expert
  • *****
  • Messages: 195
  • Popularité : +1318/-62
  • Sexe: Femme
  • KH de Dimupnoir31 qui a quitté le forum
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Mariée
  • Type de cage: Je suis la Maîtresse de la clé.
Re : Journal de Son minet
« Réponse #10 le: novembre 04, 2019, 12:01:26 pm »
Bonjour à Toutes, bonjour à tous, bonjour sonminet,

Très bon conseil que le message que tu as reçu en privé, il y a des endroits plus fragiles, et les testicules en font parti...   :-[

Ce journal est impressionnant... Bien écrit, bien détaillé, et voilà une femme qui a tout compris de son rôle de KH, c'est presque surnaturel...

Que dire de plus...

Bonne continuation à vous deux ???

Lady Val
Lady Val

Il a demandé sa cage... Je la lui ai offerte...
9/11/2018 : après un an, libération puis retour en cage... Pour combien de temps ??? A suivre...

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Journal de Son minet - 9
« Réponse #11 le: novembre 10, 2019, 01:53:41 pm »
9
10/11/2019
Clic clac, retour en cage !
Depuis vendredi dernier, presque pas de nouvelles de Princesse. Ça tombe bien, la semaine au taf a été particulièrement chargée. Juste quelques échanges de textos, le dernier mercredi midi.
De mon côté, c’est tout juste si j’ai pu croiser Titi deux ou trois fois pour un petit câlin « entre couilles ». Pas vraiment le temps, ni vraiment l’envie d’ailleurs : trop de fatigue. C’est quand même un comble : pendant un mois, j’ai rêvé de pouvoir me beurrer la nouille en toute quiétude, et maintenant que j’en ai l’occasion, je quitte la table sans finir mon assiette…
Samedi matin, Princesse m’a contacté pour que je lui apporte le petit déjeuner. Au programme : croissants, café, martinet et encagement. Je cite : « J’ai TRES envie de te caresser les fesses avec le cuir de mon... ». Service et sévices, en somme. Comme souvent, la seconde moitié du programme est passée à la trappe dès que Princesse m’a vu en face d’elle. Au fond, elle avait surtout envie de me manger, moi. J’ai eu rapidement l’impression d’être une espèce de marshmallow géant, qu’elle pétrissait et léchait de partout.

Bref, ça a été une journée « sex on the bed ». J’ai même pu jouir en lui donnant son dernier orgasme de la journée. Après, il a bien fallu se lever. C’est toujours assez bizarre de sortir du lit et de constater que la nuit est déjà retombée… Et après un petit tour au cinéma, j’ai pu enfin regagner mes pénates, épuisé mais LIBRE ! Pas fâché de profiter d’une nuit supplémentaire à l’air libre, j’ai opportunément pris la tangente vers mon appartement sur le chemin du retour, échappant ainsi à la lueur carnassière qui brillait encore dans l’œil de ma maîtresse. ;)
Bon, tout cela n’aurait qu’un temps, je l’avais bien compris, et dès son réveil, Princesse m’a bippé. Est-ce le fait d’avoir pris mon pied la veille, je dois avouer que ma motivation était paresseuse. Ai-je vraiment envie de la cage ? Ai-je vraiment envie d’être soumis ? Sur le fond, je crois que oui. Mais là, j’avais un peu « la flemme ». En tout cas, je n’ai plus envie de l’être si elle n’en a pas envie. Et je ne sais pas si j’ai envie qu’elle en ait envie. Je sais qu’elle, elle en a envie, vraiment, qu’elle attend de me réengager avec impatience, et que pour elle mes moments de liberté ne seront désormais que des intermèdes. Dans ce cas, si elle m’impose de me ré-encager, en ai-je envie ? Je suis indécis : Mon amour est partagé entre deux facettes d’elle : la tendre amoureuse et la princesse égocentrée.

Ai-je vraiment eu le choix ? Je suis venu (un peu en traînant les baskets, il faut bien le reconnaître), je l’ai laissée me mettre à ses pieds pour qu’elle flatte son souminet, je suis resté à genou le temps qu’elle m’enfile mon collier de cuir et, après le petit déjeuner, je suis parti faire ses courses à la supérette. Puis, en rentrant, j’ai rangé la table et les courses, plié le linge propre, attendu les consignes. Jusque là, je conservais mon caractère gentiment rebelle : j’obéissais, mais je donnais mon avis, riais, la titillais. Pourtant, il faut croire que j’étais heureux de la servir. Rien ne m’y contraignait, et à aucun moment je n’ai envisagé d’utiliser le « mot-stop » qui aurait mis fin à sa domination. Princesse m’a ensuite entraîné dans la salle de bain, a ressorti la cage, et m’a ordonné de l’enfiler. Puis elle a inséré le cadenas, fermé, remis la clé à son trousseau. Je l’ai suivie dans sa chambre, où elle m’a lié les mains, baissé le pantalon, et fait agenouiller au bord du lit.
Le cuir du martinet a alors alterné caresses et morsures sur mon postérieur et mes cuisses. J’ai subi, en silence, ne pouvant empêcher mes muscles de se contracter quand je sentais les lanières sensuelles se retirer de mes fesses, anticipant le coup à venir. Une caresse de sa main, quelques baisers, un dernier coup pour la route, et me voilà congédié.

Hors ligne enjauladito

  • Expert
  • *****
  • Messages: 121
  • Popularité : +22/-12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: en couple
  • Type de cage: Bon4 metal small
Re : Journal de Son minet - 9
« Réponse #12 le: novembre 10, 2019, 02:10:04 pm »
Est-ce le fait d’avoir pris mon pied la veille, je dois avouer que ma motivation était paresseuse. Ai-je vraiment envie de la cage ? Ai-je vraiment envie d’être soumis ? Sur le fond, je crois que oui. Mais là, j’avais un peu « la flemme ».

Description absolument typique de la chute de motivation post-orgasmique  ;)  Dame Sylvia explique fort bien tout cela, et le remède à appliquer ! Attention aux conséquences, si ta Princesse prend conscience de la toxicité de tes jouissances sur ta détermination à te consacrer à Elle !  :-\
Merci de tes recensions régulières et si bien écrites ! On en redemande  :D
Amical bonjour et respects à Sa Majesté, dont j’admire toujours les impeccables compétences, malgré ou (peut-être d’autant plus) grâce à Ses moments d’attendrissement en ta faveur !
Enjauladito
« El pájaro enjaulado encontra su libertad en la mirada de su Reina »

Hors ligne Lady Val

  • Femme KH
  • Expert
  • *****
  • Messages: 195
  • Popularité : +1318/-62
  • Sexe: Femme
  • KH de Dimupnoir31 qui a quitté le forum
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Mariée
  • Type de cage: Je suis la Maîtresse de la clé.
Re : Journal de Son minet
« Réponse #13 le: novembre 11, 2019, 03:01:10 pm »
Bonjour "sonminet",

Voilà un journal plus que fantasque, mais pour une fois qu'une KH participe à ton journal, tu pourrais avoir la bienséance de lui répondre...

Cela ne fait que confirmer mes doutes... Choisi une autre rubrique pour poster, ce sera plus judicieux...

Lady Val
Lady Val

Il a demandé sa cage... Je la lui ai offerte...
9/11/2018 : après un an, libération puis retour en cage... Pour combien de temps ??? A suivre...

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Re : Journal de Son minet - 10
« Réponse #14 le: novembre 11, 2019, 05:03:40 pm »
10
11/11/2019
Quel con mais quel con mais quel con !!!!
Cet après-midi, Princesse m’avait dit qu’elle m’accueillerait chez elle. Je suis chez moi, je regarde ma montre, mon téléphone, j’attends son message. Quand tout à coup, je reçois : « Je t’attends depuis 24 minutes ». Je suis abasourdi. Je vérifie mes messages. Effectivement, hier soir, elle m’avait fixé rendez-vous pour 14h. Il ne me reste plus qu’à filer chez elle, penaud et inquiet à l’idée du sort qu’elle me réserve.
Dès mon arrivée, elle m’entraîne dans la cuisine : « tu ranges et tu nettoies tout du sol au plafond. Et surtout tu ne me déranges pas ! » Et la voilà partie à la sieste. Je me mets au travail, l’âme lourde, ne sachant trop jusqu’à quel point il faut prendre le mot plafond dans un sens métaphorique… A 16h, j’ai terminé, en tout cas je crois. J’en ai même profité pour passer un petit coup dans les WC et la salle de bain. Princesse commence à montrer des signes de réveil. J’entre dans la chambre, je me prosterne au pied du lit, et j’attends.
Elle baille, s’étire, se redresse. Puis me saisit par les cheveux et m’assène : « tu ne bouges pas », avant de partir, sans doute inspecter mon travail.
A son retour, elle m’emmène au salon, me fait m’agenouiller auprès d’elle pour me caresser la tête. J’ai bien travaillé. J’ai échappé aux 36 coups prévus pour mes 36 minutes de retard, mais je n’aurai pas le droit au cuni que j’espérais, et qu’elle avait initialement désiré. Comme elle m’autorise à parler, je tente ma chance. En me privant ainsi, elle se punit elle-même. « J’ai d’autres ressources », me répond-elle malignement. Puis elle me renvoie chez moi après m’avoir copieusement léché l’oreille. A l’heure qu’il est, elle est très certainement en train d’apaiser son excitation, une main entre les cuisses, l’autre caressant sa poitrine…

Hors ligne Son minet

  • Couple
  • Initié
  • *****
  • Messages: 48
  • Popularité : +4/-4
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple, appartements séparés
  • Type de cage: Cage metal chinoise taille S
Re : Re : Journal de Son minet
« Réponse #15 le: novembre 11, 2019, 05:19:47 pm »
Bonjour "sonminet",

Voilà un journal plus que fantasque, mais pour une fois qu'une KH participe à ton journal, tu pourrais avoir la bienséance de lui répondre...

Cela ne fait que confirmer mes doutes... Choisi une autre rubrique pour poster, ce sera plus judicieux...

Lady Val

Bonjour Madame.
Je vous prie de m'excuser de n'avoir pas répondu plus tôt à votre gentil message. En fait, j'avais envie de peser mes mots. Mais bon, votre second message ne me permet pas de différer davantage, ce serait par trop malséant.

Par ailleurs, je suis plus actif sur un autre forum (auquel vous avez, je crois, aussi accès), sur lequel vous trouverez les photos auxquelles je fais allusion ci-dessus. Je n'entrerai pas dans la polémique récurrente sur la réalité ou non des profils "fantasques". Comme je l'ai précédemment expliqué, même une photo ne prouve pas grand chose. Aussi, si l'une des modératrices décidait de déplacer mon fil dans une autre rubrique, je ne m'en formaliserais aucunement.

En revanche, je serais assez curieux, au risque d'abuser de votre bonne volonté, de savoir ce en quoi ce journal vous paraît "fantasque". En effet, je trouve au contraire mon vécu assez conforme à d'autres témoignages que j'ai pu lire ici ou ailleurs, ce dont je ne peux que féliciter Princesse.

Je regrette que Princesse, si elle consulte régulièrement "l'autre" forum, refuse de créer un profil, sur celui-ci comme sur l'autre. Elle y a songé, mais y a pour l'instant renoncé. Je lui ai dit que ce serait l'occasion pour elle de confronter son expérience à d'autres "KH". Mais elle me rétorque qu'elle n'a ni envie ni besoin de conseils. A dire vrai, c'est plutôt le "mystère masculin" qui l'attire : elle est avide de comprendre ce qui nous pousse, nous les encagés, à nous mettre ainsi en "esclavage" aux pieds de nos maîtresses. 

Par ailleurs, j'ai cru comprendre qu'elle est assez réticente à ce que je communique avec des KH. En effet, les règles en vigueur ici semblent être celles d'une gynarchie "globale" : les hommes encagés doivent respect et vouvoiement à toutes les femmes KH, qui marquent leur supériorité par la possibilité de les tutoyer. Cela ne me dérange pas, mais heurte Princesse, d'une part parce qu'elle a un tempérament égalitariste, d'autre part parce que elle refuse que je sois soumis à quelqu'un d'autre qu'à elle : elle reste ma seule maîtresse.

Je vous prie, ainsi qu'aux autres lecteurs de ce fil, de pardonner l'aspect un peu échevelé de ce message, dont je n'ai pas pris la peine de finaliser la rédaction.
Bien à vous,
Souminet (puisque c'est le nom que m'a choisi Princesse)

PS : Si d'aventure vous souhaitiez vous adresser à Princesse, sachez qu'elle suit très régulièrement le déroulé de ce Journal, mais publié sur l'autre site.


Hors ligne Anton

  • Couple
  • Expert
  • *****
  • Messages: 3838
  • Popularité : +673/-522
  • Sexe: Homme
  • S'avancer en terre inconnue ....
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Marié
Re : Journal de Son minet
« Réponse #16 le: novembre 12, 2019, 02:20:52 am »
Bonsoir Madame,
Bonsoir souminet,

Une fois de plus (et comme cela est normal et légitime) des questions et des inquiétudes sur la réalité des profils qui apparaissent ici ......
Quel monde trouble, n'est-ce pas ?  Ombres et fantômes, fantasmes et littérature, rêves, fakes et impostures ....

Moi, je déteste toutes ces illusions et romanesqueries. Je hais la fiction.
Je me fiche éperdument de tous ces gens (et gentes) qui trompent leur prochain pour se donner, à eux, les menteurs invétérés, la réalité qu'ils n'ont pas.
Et je n'ai nulle envie de faire les frais de leurs branlettes intellectuelles. Je ne suis pas leur public.
Il y a en ce Forum une rubrique pour cela. Qu'ils y aillent tous, épandre leurs rêveries et leurs hallucinations.

Je ne suis pas leur courtisan, il y a des romans pour cela, et si je suis ici, c'est pour vivre pour de vrai.
Ma vie, votre vie, leurs vies, qu'importe, pourvu que cela soit authentique.

Il fut un temps, j'avais proposé, avec succès, mes bons et loyaux services pour vérifier qui était qui, et pour témoigner sur le Forum de la réalité de l'une ou de l'autre.
Vérification téléphonique, entretien avec votre serviteur d'au moins un quart d'heure, pour pouvoir mesurer clairement l'épaisseur de celle ou celui qui se prétendait être telle ou tel.
Ouaaahh  ... la volée de bois vert et les levées de boucliers ....  tout une assemblée d'escrocs qui s'est senti vaciller, ils ont hurlé au crime de lèse-majesté ... ....  mais les braves gens que j'ai eu au bout du fil, avec Claire présente et parlante, ceux qui ont été validés, une fois pour toutes, quel plaisir !

J'ai su alors que Lady Val, Minikey et Yabasta, Mademoiselle Emi et dmstr, Stévia et blaireau, encage, m.jojo, Vénus vénitienne, et quelques autres, aujourd'hui disparus, avaient bien toute la réalité qu'ils donnaient d'eux sur le Forum. D'autres, comme l'impayable Alvaragnar, ne s'est jamais présenté au guichet. Et il n'a pas été le seul.
Ces vérifications m'ont fait profondément plaisir.
Car de savoir qu'il n'y a pas que des menteurs sur terre, ça fait du bien.

Alors, avis aux amateurs ...
Car oui, je me représente à un second mandat.
Vous voulez être certifié, parce qu'on doute de vous ? Passez un coup de fil à Anton et à Claire.
Nous n'occupons AUCUNE place de responsablité en ce Forum, aucune je dis bien, mais on n'aime pas qu'on se paie notre tête.

Et si ici, j'ai été insulté, contesté, humilié, effacé et censuré, il y a au moins une chose qu'on ne m'a pas enlevé, c'est mon intégrité.
Vous le savez, je suis un sale type, vilain, lubrique, colérique et assommant, mais je suis au moins honnête.

Alors, souminet, si le coeur t'en dit et que tu n'as pas envie d'être mis en doute (ce qui est extrêmement désagréable lorsque l'on est ce que l'on dit), je suis à ta disposition.

Et maintenant, allez, tous les nibouls farcis qui vont crier à l'excès de zèle, à l'excès de pouvoir, au scandââââle de la vérification, (Gestapo, nazi, délation, Stasi .... )  allez-y les mecs et autres farceurs professionnels, couvrez-moi de quolibets et autres "moins" à mon compteur, je m'en fiche, car la Vérité est toujours plus importante que la duperie.

Anton .




Hors ligne Anton

  • Couple
  • Expert
  • *****
  • Messages: 3838
  • Popularité : +673/-522
  • Sexe: Homme
  • S'avancer en terre inconnue ....
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Marié
Re : Journal de Son minet
« Réponse #17 le: novembre 12, 2019, 05:13:15 am »
Pardon, on me signale à juste titre que j'ai oublié Madame jojo, à qui j'ai aussi eu l'honneur de parler à deux reprises.
J'espère qu'Elle voudra bien m'excuser pour cet oubli bien involontaire ....

Hors ligne Anton

  • Couple
  • Expert
  • *****
  • Messages: 3838
  • Popularité : +673/-522
  • Sexe: Homme
  • S'avancer en terre inconnue ....
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Marié
Re : Journal de Son minet
« Réponse #18 le: novembre 12, 2019, 05:53:22 am »
Encore une petite correction : lorsque je dis haïr la fiction, c'est bien sûr lorsqu'elle ne se déclare pas comme telle, et qu'elle est là pour tromper.
(cela paraissait évident, mais je préfère préciser, n'étant nullement un ennemi de la littérature ...)

Hors ligne Titou

  • Expert
  • *****
  • Messages: 1280
  • Popularité : +668/-80
  • Sexe: Homme
  • DADO 14 Juil19, DDDO 14-15 Aout19
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: En couple
  • Type de cage: Mini-cage métal
Re : Journal de Son minet
« Réponse #19 le: novembre 12, 2019, 05:39:21 pm »
Bonjour Minet,

Le mieux serait d'inviter Princesse ici pour éclaircir tout cela de Sa lumière !
(Et du même coup pour te punir de tes narrations de qualité, mais qui sèment le doute... ???  ;))

Cela dit, je peux comprendre aussi un tel enthousiasme pour le maniement de la plume lorsque l'on désire partager ces moments intenses...

Titou magazine aussi serait épais que la bible si d'aventure Ma "Princesse " appliquait les règles de l'art de la CMC  :D ;D

Chastement.




TITOU.