Auteur Sujet: physiologie et psychologie de l'éjaculation  (Lu 234 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Maylis29

  • Novice
  • *
  • Messages: 3
  • Popularité : +2/-3
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: en couple
physiologie et psychologie de l'éjaculation
« le: février 09, 2019, 05:43:51 pm »
Bonjour,

Je me permets pour la première fois d'écrire sur ce forum.
Pour qu'il n'y ait pas à nouveau des malentendus je reprécise que j'ai une double casquette de Kh et de chercheuse, et qu'un certain nombre des personnes que j'ai contactées il y a quelques semaines pour participer à ma recherche ont considéré que j'étais un fake/spam, ce qui m'a beaucoup attristée.

N'ayant pourtant rien d'un fake, je me permets de demander l'éclairage des messieurs sur un sujet qui reste pour moi impénétrable: le "besoin" d'éjaculer...

Je n'arrive pas à me représenter les pratiques et habitudes diverses liées à l'éjaculation et cela m'obsède un peu parce que ç a souvent été un sujet de conflit dans mon passé de jeune femme vanille, comme un argument implacable des hommes pour m'obliger à "les finir" (grrrr), et que ça reste un mystère et un risque potentiel de mésentente dans mon couple.
Je fréquent peu d'hommes assez intimement pour pouvoir faire des "stats", et il se trouve que malgré le questionnaire très détaillé - que plus de 150 personnes ont eu l'amabilité de remplir dans le cadre de mon étude universitaire sur le contrôle des orgasmes - la question de " l'impériosité" de l'éjaculation reste pour moi une zone d'ombre.

Je m'explique avec quelques exemples:
Ce que je lis, c'est que même quand les hommes disent être restés en cage des mois en fait ça ne dit rien du tout du nombre de fois qu' ils ont éjaculé, et que souvent la fréquence est de fait assez importante. C'est donc qu'il faut faire une différence entre deux types de contrainte: port de cage et interdiction d'éjaculer. J'entends bien qu'il y a plusieurs façons d'envisager la chasteté mais ça me parait quand même fondamentalement différent selon qu'un homme peut jouir régulièrement ou au moins éjaculer ou non. Je laisse le milking de côté qui ne résout pas fondamentalement le problème si j'ai bien compris (même si tout le monde n'est pas d'accord sur le sujet)

Et voilà ce que j'obtiens comme réponse lorsque j'interroge les hommes: en gros, soit que ceux qui n'arrivent pas à ne pas éjaculer manquent de volonté, soit que c'est une obligation physiologique.

Dans mon entourage un ami asexuel m'a déclaré se masturber toutes les deux semaines environ, et si cela peut paraitre idiot de ma part d'avoir pensé que parce qu'on se définissait asexuel on ne se masturbait pas, cela m'a en tout cas questionnée sur le "besoin" d'éjaculer, puisque cet ami dit le faire mécaniquement et pas pour le plaisir. Un autre ami m'explique qu'il n'a jamais vraiment eu l'occasion de tenir plus de 15 jours parce qu'il ne voit pas pourquoi il s'en priverait si ça ne fait de mal à personne, et même dans les périodes de chasteté il semble s'être toujours débrouillé pour trouver des dominas qui lui donnaient satisfaction suffisamment régulièrement pour qu'il ne puisse pas me dire ce que cela implique de tenir plus de quelques semaines.
Bref, je reste perplexe, je ne trouve pas de littérature sur le sujet, c'est pourquoi je sollicite votre aide collective, pour celleux que le sujet inspire...

Encore désolée pour celles et ceux qui se sont sentis agressés par la requête que j'ai faite auprès d'eux pour mon travail universitaire.

Maylis

Hors ligne margotdenis

  • Expert
  • *****
  • Messages: 186
  • Popularité : +28/-17
  • Sexe: Homme
  • DDDL: 17/02/2019
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Couple marié
  • Type de cage: Jail Bird; Total Chastity
Re : physiologie et psychologie de l'éjaculation
« Réponse #1 le: février 09, 2019, 10:27:18 pm »
Bonsoir Maylis,

Vaste sujet que celui de la recherche du plaisir "au masculin", de l'homme et son pénis. Je vous souhaite de réussir dans vos travaux de recherche, en espérant que votre travail vous apporte les réponses attendues.

Si il est encore temps, je répondrais sans hésitation à votre formulaire, grâce au lien publié par cagelover.

D.
Premier jour de chasteté masculine : 1er nov. 2015
Encagé par Madame Margot "Mtrss Odessa"

Hors ligne Anton

  • Couple
  • Expert
  • *****
  • Messages: 3810
  • Popularité : +628/-374
  • Sexe: Homme
  • DDDO : 10 Février 2019
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Marié
Re : physiologie et psychologie de l'éjaculation
« Réponse #2 le: février 10, 2019, 06:34:56 am »
Madame ,

Non , non , non , .... pour moi (au moins) Vous n'êtes pas un "fake" .

Rassurez-Vous , la qualité , et la densité de Votre questionnaire témoignait tout à fait pour Vous .....



Quant à Votre question sur l'éjaculation masculine , je ne peux que Vous dire que cela est pour moi une sorte de diable .....    une pulsion parfois impérieuse et folle , et puis plus rien , jusqu'à l'attaque suivante ....  une tentation , une pression terrible , un vertige auquel on ne doit pas céder , ou auquel , avec la cage , on ne peut pas céder .....

Je n'ai plus connu (ou pu connaître) cette sublime envolée depuis le 11 Novembre 2018 .
J'en suis heureux et fier , et j'en souffre profondément .
Tenaillé à chaque réveil , pendant la nuit , au moment de l'endormissement , où j'aimerais tant soulager cette violente tension ....

Sans cesse , une voix intérieure me souffle , me dit et me répète que je suis un insensé , un complet idiot de me refuser ce simple plaisir de la vie , juste parce que la Femme à qui j'obéis m'a refusé le spasme fatal ...

Mais voilà ......  là est l'astuce qui met le Tentateur en déroute ......    :    je sais à présent que Claire est d'une nature supérieure à la mienne , je suis Gynarchiste ,  et ma Kh sait mieux que moi si je dois jouir ou pas .

Abandon de soi .

Comme j'en suis heureux , moi qui n'ai jamais eu une grande considération de moi-même ...
Me voici "élevé" par Elle , par la frustration qu'Elle m'impose .
Et quoi qu'il en coûte , (et il coûte très cher de désobéir à Claire) , j'obéirai .

Ai-je répondu à Votre question ?       ???

Hors ligne amareine

  • Expert
  • *****
  • Messages: 123
  • Popularité : +21/-16
  • Sexe: Homme
  • DDO (cérébral) : 22/07/2018 - DDEj : 30/12/2018
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: marié
  • Type de cage: steelworxx hors catalogue
Re : physiologie et psychologie de l'éjaculation
« Réponse #3 le: février 10, 2019, 10:14:54 am »
l'éjaculation vaste débat

lors de mes recherches sur la cage (il y a 20 ans)
il semblait y avoir un consensus (oups)
aux US (en france en 1996, c'était le désert) : une éjaculation (normale, par massage...) toutes les 6 semaines
mais rien de vraiment médical
Encore aujourd'hui : aucune statistique quant à un rapport absence d'éjaculation/maladie

 il n'y a pas si longtemps, ma Reine, voulant être sûre que le petit souci rencontré était indépendant de la cage,
a posé la question de la cage et de la fréquence éjaculatoire :
un éminent urologue nous disait que ....
la cage n'y était pour rien (au bout de 20 ans, je m'en doutais)
et que l'éjaculation n'était même pas obligatoire puisque en cas de "trop plein", ça finissait en pollution nocturne.


En ligne tity

  • Novice
  • *
  • Messages: 10
  • Popularité : +0/-0
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: en couple
  • Type de cage: neant
Re : physiologie et psychologie de l'éjaculation
« Réponse #4 le: février 10, 2019, 11:47:06 am »
J aimerais réagir sur cette histoire d éjaculation et surtout faire le lien avec l endurance lors des rapports.
Pour ma part j ai découvert tous les bien faits de l abstinence d éjaculation. Je pourrais éjaculer qu'une fois tous les 6 mois, ça m irait très bien au regard des bénéfices sur mon comportement.
Le problème c est lors des rapports ou forcément je suis très,  trop sensible.
Et c est très frustrant pour ma femme.
Je la cite pas plus tard que ce matin: 《Tu vas arrêter tes histoires d abstinence, moi j ai envie de baiser 》.
Je vous avoue que je n ai pas trouvé la solution

Hors ligne enjauladito

  • Connaisseur
  • ***
  • Messages: 75
  • Popularité : +13/-9
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: en couple
  • Type de cage: Bon4 metal small
Re : physiologie et psychologie de l'éjaculation
« Réponse #5 le: février 10, 2019, 08:51:10 pm »
Jolie interrogation Dame Maylis !

Comme mec, j’ai l’impression de n’être pas moins perplexe à propos de l’éjaculation, même si je serais censé savoir de quoi il retourne  ;)

Certains jours je ressens des besoins absolument impérieux, d’autres ça me laisse totalement indifférent, ça passe par tous les stades de manière imprédictible, avec ou sans encagement ; en dehors peut-être d’un répit assez habituel les lendemains d’orgasme... Les périodes impérieuses avec encagement sont assez - comment dirais-je...  :o >:( ;D :'( ??? :-\ :-*  :-* :-*

J’aime bien le point de vue de Richard Dawkins, selon lequel ce n’est pas à l’homme de désirer éjaculer ou pas, c’est bien plutôt notre ADN qui désire que nous éjaculions. Nous serions juste le jouet de notre « gène égoïste »  :D

Allez meilleurs messages à Toutes et tous
Enjauladito
« El pájaro enjaulado encontra su libertad en la mirada de su Reina »

Hors ligne margotdenis

  • Expert
  • *****
  • Messages: 186
  • Popularité : +28/-17
  • Sexe: Homme
  • DDDL: 17/02/2019
    • Voir le profil
  • Statut conjugal: Couple marié
  • Type de cage: Jail Bird; Total Chastity
Re : physiologie et psychologie de l'éjaculation
« Réponse #6 le: février 10, 2019, 09:47:47 pm »
Madame Maylis,

Nous savons tous que l'homme est obsédé par son pénis. Mais l'homme sait-il lui-même pourquoi il ressent se besoin de se masturber et d'éjaculer? Je pense pas connaître la réponse.

Peut-être faut-il chercher du coté de notre métabolisme et de notre ADN. L'homme en tant qu'individu mâle serait "programmé" pour copuler et assurer la reproduction de l'espèce humaine. Le plaisir est une autre notion supplémentaire (culturelle) propre à l'espèce humaine? Ce besoin d'éjaculer serait inné? J'ai le souvenir que l'envie d'éjaculer a débutée à l'adolescence avec les premières transformations du corps et le passage vers l'homme adulte. Les transformations hormonales de l'homme, entrainerait l'activation du "programme" de reproduction et les besoins d'éjaculation. Je n'ai jamais cessé de me masturber depuis l'adolescence, jusqu'à la chasteté masculine contrôlée...

La notion de plaisir et d'orgasme serait après tout uniquement culturel et sociétale. Cette notion de plaisir a évolué en fonction des civilisations, des cultures et des religions (des interdits aussi). L'éjaculation est souvent associé à l'orgasme pénien, car les deux se produisent quasi-simultanément lors de la stimulation du pénis (masturbation, pénétration), pourtant ce sont deux choses différentes. Un homme peut faire l'expérience de l'éjaculation sans pour autant avoir un orgasme (orgasme ruiné). L'éjaculation peut aussi être provoqué par un massage prostatique et sans stimulation du pénis.

La chasteté masculine sous le contrôle de ma KH et Épouse, me permet d'expérimenter une nouvelle forme de rapport au sexe, de vivre une nouvelle sexualité dans mon couple. Mes rapports avec l'éjaculation  ont changé aussi. Mais l'éjaculation fait toujours partie de ma sexualité. Ma KH se charge de me soulager manuellement à raison d'une fois par mois. Le trop plein de semence produite durant les périodes de chasteté s'écoule aussi naturellement sans aucune stimulation, par des pertes nocturnes ou en journée (évacué avec les urines).

D.
Premier jour de chasteté masculine : 1er nov. 2015
Encagé par Madame Margot "Mtrss Odessa"